Revenir en haut Aller en bas



AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Une Lumière dans l'Obscurité | Feat Kate Marsh

Aller en bas 
AuteurMessage
Creativity takes courage.
Alex Wolf
Messages : 29
Localisation : Allez savoir
Emploi/loisirs : Sculpture - Dessin - Ecriture
Humeur : /

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
MessageSujet: Une Lumière dans l'Obscurité | Feat Kate Marsh   Une Lumière dans l'Obscurité | Feat Kate Marsh EmptyJeu 7 Fév - 19:26

Alex était fatigué. Comme toujours, en soi, mais cette journée n'était pas propice aux études. Il s'était levé après une pauvre heure de sommeil, son esprit ayant été trop occupé à faire danser mille et une idées inutiles, et n'avait pas eu l'impression de s'être ne serait-ce qu'un minimum reposé. Il lui avait été difficile de se traîner jusqu'aux salles de cours et de ne pas se mettre à somnoler au milieu du discours du professeur. Bien évidemment, toutes ses pensées s'étaient comme envolées durant le cours d'arts plastiques, là où il en avait le plus besoin. Il avait depuis longtemps cessé de compter le nombre de fois où il avait maudit sa tête et ses insomnies.

Lorsque la sonnerie marquant la fin de la matinée avait retenti, il n'avait pu retenir un soupir de soulagement - ou de lassitude ? A ce point, un mélange des deux était fort probable. Ses affaires avaient presque été jetées dans son sac et il s'était enfui de la salle, échappant de peu à l'afflux d'étudiants dans les couloirs décidément trop étroits pour une telle population. Ses coudes entrèrent tout de même en collision avec quelques épaules ou bras, et il dut se forcer à grommeler quelques excuses lancées dans le vent, parfois en échange de quelques insultes inutiles. Non, cette journée n'avait pas réellement débuté comme il l'aurait souhaité, mais que voulez-vous ; il y avait des jours, comme ça...

Un bon point dans toute cette histoire, qui avait empêché son moral de sombrer définitivement dans quelques abysses insondables jusqu'à la tombée de la nuit, ses cours ne reprenaient que tard dans l'après-midi. Il avait tout le temps désiré pour manger. Aussi décida-t-il d'errer quelques temps dans le campus avant d'aller manger, ne se sentant pas réellement d'humeur à sortir en ville. Il repéra quelques endroits susceptibles d'être assez déserts pour dessiner en paix lorsqu'il en aurait envie, photographia des éléments, des scènes intéressants à reproduire dans ses sculptures ou peintures ; il passa même un peu de temps assis sur un banc en face du Tobanga, le célèbre totem amérindien du campus, se demandant bien quelle fonction il avait pu remplir durant son temps de gloire. Il nota de faire des recherches sur ce genre d’artefacts ; sa soeur, plongée dans ses études d'archéologie, serait sûrement ravie de l'éclairer sur ce sujet.

Vint finalement le moment où son estomac lui rappela la nécessité de se nourrir, le réprimandant même au passage de ne rien avoir avalé en guise de petit-déjeuner. Peu enclin à affronter la foule de la cantine, il traîna les pieds jusqu'au bâtiment principal, se blindant mentalement à devoir - encore - encaisser les coups de coudes et le brouhaha insupportable des autres étudiants. Pour une raison qui lui parut obscure, il remercia l'éventuelle présence logeant dans les cieux de ne pas l'avoir fait agoraphobe, ou pire, ochlophobe. Pas qu'il croie en une quelconque divinité, de toutes façons.

Il alla se ranger en silence dans la file de la cafétéria, attendant avec une impatience invisible que son tour arrive, prenant en note les divers choix qui s'offraient à lui. La personne devant lui prenant bien évidemment son temps pour commander, il se mit à observer les alentours, probablement pour retenir quelques éventuelles poses à sculpter. C'est à ce moment-là qu'il remarqua une scène des plus déplaisantes : une jeune fille, qui venait d'entrer dans la salle, se faisait ouvertement huer et insulter par des étudiants, attirant ainsi une attention qu'elle ne souhaitait visiblement pas. Il ne fallut pas longtemps à Alex pour la reconnaître ; il s'agissait de Kate Marsh, s'il se souvenait bien. Comment ne pas remettre ce visage ? Il avait circulé sous tous les regards de l'académie à cause d'un simple lien Youtube - une vidéo montrant la jeune femme dans un état d'ébriété visiblement bien avancé lors d'une des fêtes du Vortex Club.

Il ne la connaissait pas seulement de par la vidéo : il l'avait déjà aperçue plusieurs fois, en bon observateur qu'il était, dans quelques-uns de ses cours, comprenant ainsi qu'ils étaient dans la même filière. Elle lui était apparue comme une personne timide et réservée, assez douce, aussi. Il fallait bien l'avouer : comme tout le monde, il avait suivit le lien écrit au rouge à lèvres ou au marqueur sur les miroirs et murs des bâtiments. Mais au lieu de se moquer, il avait été peiné, lui qui n'était pourtant pas sociable. Comment pouvait-on faire une telle chose à quelqu'un ? C'était injuste, et il avait horreur de l'injustice.

En la voyant fuir face aux rires mauvais, Alex ne put s'empêcher de se sentir mal. En un sens, elle lui faisait penser à sa soeur, qu'il s'était juré de protéger enfant. Son tour vint finalement, et, après un signe de tête poli à la gérante, il se surprit à commander un deuxième sandwich et un muffin en plus. Lorsqu'il sortit du bâtiment, alors que ses yeux scannaient le campus à la recherche de la jeune femme, il se demanda quelle mouche l'avait piqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Creativity takes courage.
Kate Marsh
Messages : 204
Localisation : Appartement de Teddy et Ophélia
Emploi/loisirs : Dessin, écriture, violon, lecture
Humeur : En paix

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
MessageSujet: Hope are you there ? feat. Alex   Une Lumière dans l'Obscurité | Feat Kate Marsh EmptySam 9 Fév - 22:41

 
Hope, are you there ?

Mon esprit est embrumé et mon corps exténué. Cela fait deux semaines que je ne suis pas parvenue à dormir paisiblement. En effet, mes nuits étaient constamment envahies par des cauchemars aux atrocités indicibles. Si bien que je me réveillais souvent terrifiée, le cœur battant à toute vitesse et des gouttes de sueur froide perlant sur mon front. C'est comme si je ressentais pleinement, dans tout mon être ce qui se déroulait dans ces chimères. La nuit dernière ne fit pas exception.

Je n'ai jamais une image claire ce qui arrive dans mes cauchemars. Néanmoins, je sais qu'à cause d'eux, je me délite peu à peu. Tant physiquement que psychiquement à vrai dire. Mes cernes se creusent, je n'ai plus d'énergie et je n'ai plus le goût de vivre tout simplement. Aller en cours est désormais devenu une corvée. Nécessaire car il ne faut pas que ma famille s'inquiète. Ne pas en parler. Je vais mieux. Ils le savent. Je sais également qu'ils ont été très déçus par moi alors ce n'est pas le moment de me plaindre.

Je me prépare pour aller aux deux heures de cours que j'ai dans la matinée. Photographie, le cours que je préfère. Préférais ? Je ne sais même plus. En jetant un coup d'œil derrière le rideau de la fenêtre, la lumière du soleil m'aveugle. Suis-je à ce point emmurée dans l'obscurité à présent ? Je contemple les rayons du soleil qui viennent magnifier la cour et la forêt.

Pour la première fois depuis longtemps, j'ai sincèrement envie de sortir. J'étouffe dans cette chambre devenue ma cellule personnelle. Je m'y cache, protégée, mais la liberté me manque. La beauté de ce monde me manque. J'observe attentivement les brins d'herbe qui plient au gré du vent. Un petit écureuil s'approche d'un brin d'herbe mais prend peur et déguerpit ainsi vers la forêt. Cette scène me fait sourire. Je suis réellement émerveillée par la beauté de ce lieu. Pourtant, ce n'est pas un temps si inhabituel à Arcadia Bay. Mais prendre le temps d'explorer tout ça d'un simple regard me redonne une bribe de goût à la vie.

Le cœur léger, je prends donc le chemin d'asphalte qui mène au bâtiment principal de l'académie Blackwell. Les deux heures de cours passent vite. Et surtout, rien ne s'est passé : ni moquerie, ni regard en coin, ni jet d'objets. C'était vraiment agréable. Je décide de déjeuner à la cantine ce midi. D'ordinaire, j'avais peur d'y aller. Une telle concentration d'élèves rimait avec problème et risque. Mais aujourd'hui, mon angoisse s'était envolée. C'était une belle journée et tout allait bien se dérouler. Du moins, c'est ce dont je voulais me convaincre. 

A l'instant même où je pénètre un pied dans la cafétéria, je sens des regards se poser sur moi. Ce n'est pas qu'une sensation. Les personnes déjà assises chuchotent entre elles ou me regardent de haut en bas. D'autres affichent des airs de dégoût en me voyant, simulant des vomissements. Mon souffle se fait court. Je tente de faire abstraction et m'empare d'un plateau quand Victoria Chase et ses deux sbires m'alpaguent.

Elles se mettent à ricaner bruyamment puis brandissent vers moi une affiche. Dessus sont imprimés un lien en lettres rouges et une illustration. C'est une capture d'écran de ma vidéo. Je ne parviens plus à respirer. Les ricaneries à l'unisson dégénèrent en moqueries et en huées. Tout se passe très vite. Ce vacarme est assourdissant et me transperce en plein cœur.

Je dois m'enfuir d'ici. Obligée de bousculer quelques personnes dans mon passage, je fuis hors de cette salle. Je cours aussi vite que je le peux, comme poursuivie par un monstre. Puis sans réfléchir, j'ouvre une porte. C'est complètement aléatoire, mais je dois me réfugier quelque part. Je m'effondre au sol, ne sachant toujours pas où je me trouve. Mes yeux sont inondés de larmes. Elles perlent sur mes joues rouges et les creusent toujours plus. A ce moment-là, je ne veux qu'une chose : disparaître. 
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Creativity takes courage.
Alex Wolf
Messages : 29
Localisation : Allez savoir
Emploi/loisirs : Sculpture - Dessin - Ecriture
Humeur : /

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
MessageSujet: Re: Une Lumière dans l'Obscurité | Feat Kate Marsh   Une Lumière dans l'Obscurité | Feat Kate Marsh EmptyLun 11 Fév - 15:59

S'il y a bien une chose dont il se rendit compte en cherchant cette fille, c'est qu'elle savait décidément bien se cacher. Il n'était sorti que quelques secondes après elle, bousculant les pestes sans même un regard, et il avait déjà perdu sa trace. Elle était probablement sortie : il n'entendait plus l'écho de sa course effrénée dans les couloirs. Sa lange claqua contre son palais en un tic ennuyé. Heureusement qu'il avait du temps devant lui.

Il s'arrêta un instant, debout au milieu d'une petite étendue d'herbe parfaitement entretenue sur laquelle étaient assis ou étendus quelques étudiants. Rangeant son propre sandwich das son sac afin de garder une main de libre, il tenta de dessiner, dans son esprit, un ou plusieurs trajets qu'une personne fuyant avec hâte le regard des autres pouvait bien prendre. Avait-elle un coin favori, perdu quelque part sur le campus, à l'abri des regards ? Ou avait-elle couru sans réfléchir, poussant chaque porte sans la voir, sourde au son d ses propres pas ? Il espérait qu'elle n'était pas allée s'enfermer dans sa chambre, au quel cas il ne pouvait rien faire de plus. Quoiqu'il pouvait toujours s'introduire dans les dortoirs féminins, mais il n'en avait pas réellement envie.

La recherche est longue, mais elle finit par porter ses fruits. C'est en étant alerté par de faibles sanglots provenant de l'une des salles de classes vides qu'Alex put enfin se tenir devant elle, immense silhouette face à celle recroquevillée de la jeune femme. Il s'agenouilla devant elle, tentant tant bien que mal de ne pas paraître trop intimidant, et lui donna - peut-être un peu brusquement, certes - le muffin et le sandwich qu'il avait achetés. Sans un mot, il s'assit à côté d'elle, dos contre le mur, et sortit son propre casse-croûte.

- Oui, j'ai vu la vidéo. Et non, j'en ai rien à foutre.

Il mordit dans son sandwich aux thon et fixa le mur d'en face, laissant le silence s'installer de nouveau entre eux. Il ne la regarda pas, ne souhaitant pas l'angoisser davantage. Il garda simplement un ton et un air neutres. Bien évidemment qu'il lui imposait une présence qui n'était peut-être pas nécessairement voulue, mais ce n'était pas comme si cela allait l'embêter. Il partait sur le principe que le fait d'avoir quelqu'un qui ne se souciait pas de ce que les autres disaient avec elle pouvait lui remonter un minimum le moral.

Constatant qu'elle ne bougeait pas, il tourna la tête vers elle et désigna les denrées du menton.

- Mange, ordonna-t-il doucement. Ou tu ne tiendras pas la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Tobanga
Messages : 160
Localisation : Près des dortoirs Prescott
Emploi/loisirs : Totem
Humeur : Spirituelle
MessageSujet: Re: Une Lumière dans l'Obscurité | Feat Kate Marsh   Une Lumière dans l'Obscurité | Feat Kate Marsh EmptyMar 26 Fév - 19:32

Un bruit de tonnerre fait vibrer le sol et les murs de la cantine. L'orage éclate dehors, le ciel s'assombrit et la pluie tombe par torrents, plongeant quelques instants la cantine dans le noir suite à une coupure de courant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lifeisstrange.forumactif.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une Lumière dans l'Obscurité | Feat Kate Marsh   Une Lumière dans l'Obscurité | Feat Kate Marsh Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Une Lumière dans l'Obscurité | Feat Kate Marsh
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un ado dans l'obscurité lumineuse de la nuit [libre]
» Une lumière dans l'obscurité [Mobali]
» Deux loups dissimulés dans l'obscurité. [Abandon]
» Au large de Nandis
» Une lumière dans la nuit [pv : Erza]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life is Strange :: ACADEMIE BLACKWELL :: Cantine-
Sauter vers: