Revenir en haut Aller en bas



AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

La nature réunie les âmes semblables

 :: Les RP abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 20 Déc - 1:55
Invité
Invité
Anonymous
Les cours à Blackwell se sont révélés très intéressants. Je ne suis vraiment pas déçue. Parfois un peu fatiguée, oui. Il y a eu une fois, j’ai cru que j’allais m’endormir en cours ! J’avais veillé un peu trop tard la veille, à cause d’un devoir de dernière minute… Ouais, j’avais mal géré mon coup, je sais. Non mais j’apprends de mes erreurs, faut pas croire ! Maintenant je gère mieux. J’ai acheté un carnet, comment ils appellent ça… Ah oui, un bullet journal ! Bon ben voilà, je me suis fait un « bujo », c’est à la mode, c’est artistique, c’est sympa, ça prend un peu de temps mais c’est cool franchement. Puis surtout c’est utile et pratique.

Maintenant j’arrive même à être en avance sur mes devoirs et révisions, génial ! Plus de temps pour dormir. Ou pour étudier la Wicca. Ou pour déconner avec les autres élèves. Ou pour fonder un club de Potterheads avec Trevor. Ou pour aller au club de théâtre. Ou pour m’incruster dans un cours de cinéma où je ne suis absolument pas inscrite. Ça, ce n’est pas vrai. Enfin, si je n’y suis pas inscrite, et avec le temps que je me dégage, je pourrais, techniquement, me pointer à un de ces cours sans prendre de retard dans mes devoirs et autres. Pas sûre que le prof, Holtz je crois, m’accepte ceci dit. Enfin il est pas méchant, donc p’t-être qu’il ne dirait rien. Ce serait à tenter ! Sinon, ça me fait aussi du temps pour profiter de la nature, simplement, parce que la nature c’est cool.

Au campus il y a un totem. On l’appelle le Tobanga. Personne ne sait d’où il vient réellement, de quelle tribu, sa signification. Rien. Un mystère. Il est constitué de quatre animaux : une loutre, une baleine, un oiseau et un écureuil. Alors, même si personne ne sait pourquoi ce totem a été créé, j’aime lui attribuer une connexion avec la nature et les animaux. Du coup, je viens souvent le voir, pour relire mes cours, écrire un peu, tout ça, ou juste pour apprécier la nature. Ma préférence va aux écureuils. Ils ne s’approchent pas trop, fuient dès qu’on tente de s’approcher. Je me reconnais un peu en eux. Je n’étais pas aussi craintive avant, quand j’étais toute petite. Je ne sais plus tellement pourquoi ça a changé, mais bon. Ce qui est drôle, c’est que j’ai donc cette voix très forte en moi qui me dit de fuir dès que quelqu’un s’approche, puis il y a cette autre voix qui veut juste se faire des amis. Celle-là me souffle de laisser une chance aux gens, à mes risques et périls. Je suis sans cesse tordue entre les deux.

Pour l’instant, je suis seule, personne à fuir, ou à accepter. Assise à même l’herbe, en tailleur, j’écoute les bruits de la nature. Pour profiter au mieux, mes yeux sont fermés. L’automne touche à sa fin, mais le froid ne mord pas encore assez pour me faire rentrer. Là, je suis bien, en paix. Je bougerai quand mon ventre se manifestera, ou quand le Soleil se couchera, selon ce qui arrive en premier. Enfin, s’il n’y a pas de perturbation avant, bien sûr. Ce serait étonnant que personne ne perturbe ce calme. Il y a forcément quelqu'un qui va passer par là. Peut-être Samuel. Peut-être un élève. Les élèves sont souvent les plus bruyants. L'avenir me dira.
Revenir en haut Aller en bas
Ven 21 Déc - 23:56
Creativity takes courage.
Kate Marsh
Messages : 191
Localisation : Appartement de Teddy et Ophélia
Emploi/loisirs : Dessin, écriture, violon, lecture
Humeur : Angoissée

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
Voir le profil de l'utilisateur
Midi venait de sonner à l’académie Blackwell et exceptionnellement, je termine les cours plus tôt aujourd'hui. Une matinée, ma foi, plutôt ordinaire. J'étais allée en cours, la boule au ventre. Victoria et ses copines m'ont plutôt ignoré pendant les deux premières heures, une fois n'est pas coutume, puis sont venues vers moi pour montrer les affreux tracts qu'elles comptaient distribuer à tout le monde ce midi justement. On y voyait des captures d'écran de la vidéo, le lien qui menait à la page Web et écrit en lettres capitales "ALLEZ VOIR LA VIDÉO DE L’ANNÉE"...

C'est pourquoi je me suis autant dépêchée de sortir du bâtiment d'ailleurs. Je n'en peux plus... C'est insupportable. Chaque regard, chaque chuchotement, chaque sourire n'est qu'une flèche pour moi... qui pénètre dans ma chair nue, pour me faire souffrir à petits feux. Ces flèches acquièrent des petits pics, du poison et éliminent peu à peu tout ce qui reste d'humain en moi. Je m'en rends compte, ce n'est qu'une psychose. Je ne parviens plus à me concentrer. Je n'ai plus d'appétit. L'inspiration ne me vient plus donc je ne peux même pas trouver du réconfort dans l'écriture et le violon... Je ne suis plus que l'ombre de moi-même et j'air peur... Peur de m'effondrer face à cette nuée de flèches continuelle.

Alors me voilà. Affichant un sourire forcé pour que les gens ne s'inquiètent pas trop même si je suis sûre qu'ils n'y feraient pas forcément très attention. Une légère brise me caresse la peau. Ça fait du bien d'être à l'extérieur, sans personne... Le pépiement des oiseaux et le murmure du vent comme unique compagnie. Mais je dois vite me mettre en route vers ma chambre. Ils ne vont pas tarder à sortir eux aussi. J'accélère le pas. Arrivée dans la cour faisant face aux dortoirs, j'aperçois un écureuil qui semble me regarder. Intriguée, je décide de le suivre. J'oublie l'espace de quelques instants toutes les angoisses qui me rongent et profite simplement des joies de la nature.

Il ne cesse de faire des pirouettes, de m'attendre puis d'à nouveau parcourir à toute allure 50 mètres. Quelle bouille sérieusement... il est beaucoup trop adorable. Je ne fais plus vraiment attention à la direction où il m'emmène à présent. Le spectacle qu'il me propose est beaucoup trop divertissant. Mon regard reste fixé sur lui quand soudain, je distingue une jeune fille assise au pied du totem de Blackwell. Il portait le nom de Tobanga et dégageait une aura très singulière. J'aimais beaucoup m'installer près de lui pour lire ou écrire, l'inspiration me venait très vite en général. En regardant autour de moi, je me suis rendue compte que je m'étais frayée un chemin dans la forêt pour suivre l'écureuil et que je n'étais qu'à quelques pas du totem.

J'hésite à sortir de ma cachette mais soudain nos regards se croisent. Elle a de beaux yeux d'un brun profond. Sa peau est d'une jolie teinte marron et ses cheveux sont bruns foncés et très frisés. Bon... de toute façon elle m'a vue. Je ne compte pas passer pour une personne étrange qui l'espionnait donc allons-y ! Adieu Noisette !

Je respire profondément, me relève et m'avance vers elle, un sourire confiant de façade.
"Salut ! Désolé de t'interrompre mais comme j'ai vu que tu étais là et que eh bien... je viens souvent ici aussi... hum... comment vas-tu ? Qu'est-ce qui te plait dans cet endroit ? Je m'appelle Kate Marsh d'ailleurs !" déclarai-je d'abord gênée puis de manière précipitée.

Je lui ai adressé un sourire amical afin de détendre l'atmosphère que j'avais sûrement tendu avec mon ton précipité vers la fin de ma phrase...
Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Déc - 3:15
Invité
Invité
Anonymous
Je ne sais pas combien de temps s'écoule avant que mes bras ne commencent à fatiguer. Petit à petit, je passe de presque assise, presque couchée, à complètement couchée. Encore une fois, du temps s'écoule, du temps que je ne mesure pas. Puis, soudain, j'entends du bruit. Du bruit qui n'était pas qu'un écureuil, pour sûr. Je ne sais toujours pas combien de temps je suis restée là, mais clairement, assez pour savoir quel bruit fait un écureuil. Alors je me redresse. Je croise le regard d'une autre jeune femme qui se trouve dans les bois. Une élève de Blackwell qui a suivi un chemin original pour arriver aux dortoirs. Elle tentait d'être discrète et de passer ni vue ni connue peut-être ? Raté de toute évidence. Je hausse un sourcil, comme pour lui demander ce qu'elle fait là. Si elle veut juste me regarder, c'est son choix, m'enfin. Après ce qui semble être une hésitation, elle sort des bois. Pendant qu'elle s'approche, je saute sur mes pieds. Ce sera plus agréable d'être toutes les deux debout pour papoter, sauf si elle veut s'asseoir aussi.

Je n'aime pas juger au premier regard, mais elle ne me semble pas le genre à s'assoir dans l'herbe comme ça. Elle a un joli sourire, ses cheveux sont attachés d'une manière qui fait savoir qu'elle y passe du temps. Ou alors elle a une technique spéciale. Clairement je pourrais pas faire ça en deux minutes. Enfin c'est pas avec mes cheveux courts que je ferais quoi que ce soit de toute manière. Je l'ai déjà croisée dans les couloirs, et en cours. Mais pas tous les cours. Sûrement une élève en arts, comme on a des cours en commun. En tous cas, je ne lui ai jamais parlé, c'est comme si je ne la connaissais pas. Je suis même pas sûre de savoir son nom, je m'y risquerai pas. Il y a trop d'élèves, à tous les coups si je tente quelque chose, j'aurai mixé son prénom avec celui d'une ou deux autres filles et le nom d'une encore autre fille mélangé à celui d'un des gars. Faut pas que je perde mon binôme moi, je serai incapable de demander où qu'il est parce que j'aurai pas son nom.

« Salut ! Désolée de t'interrompre mais comme j'ai vu que tu étais là et que eh bien... je viens souvent ici aussi... hum... comment vas-tu ? Qu'est-ce qui te plait dans cet endroit ? Je m'appelle Kate Marsh d'ailleurs ! »

Je veux changer mon jugement, juste un peu. Son sourire avait l'air super confiant, mais comment elle a parlé... c'est traître ! Je ne vais pas le lui montrer, je suis bien élevée quand même ! Mais waouh c'est fou ce qu'elle n'est pas sûre d'elle, puis à la fin c'était précipité, je pourrais presque croire qu'elle veut expédier la conversation. Peut-être que c'est le cas. Au moins elle ne me fait pas peur, c'est un bon point. Je n'aime pas discuter avec des gens qui me font peur. J'espère que je ne lui fais pas peur, je n'ai rien d'effrayant... Pas que je sache... à moins qu'elle soit de ces blancs qui pensent que les blacks sont tous des criminels nés. Mais elle a l'air d'être gentille, donc je ne miserais pas dessus. Bon c'est pas tout ça, faut que je réponde. Il y avait quoi comme questions déjà ? Ah oui, elle s'est présentée, on va commencer par là !

« Sarah Graham miss ! Je vais bien merci, j'essayais de bronzer là... Pas sûre que ça fonctionne par contre ! » L'humour, rien de mieux pour mettre en confiance ! « Hmm ce que j'aime ici... J'aime l'esprit du Tobanga, la connexion à la nature. Je me sens bien à côté pour méditer, me ressourcer. Un peu comme les temples pour les dieux, tu vois ? Et du coup, comment tu vas et qu'est-ce qui te plaît ici toi ? »

Quand les gens posent des questions, c'est souvent parce qu'ils aimeraient y répondre. Pas tout le temps, mais souvent. Du coup, quand j'aime bien la personne, je retourne la question, pour lui faire plaisir, ou juste parce que je suis curieuse. Ouais bon ok, surtout parce que je suis curieuse ! Puis poser des questions, c'est la meilleure manière d'apprendre à connaître les autres d'abord ! Les sciences machins trucs chouettes d'études c'est juste des excuses parce que faire preuve de curiosité c'est mal vu en général. C'est dommage, c'est une très belle qualité la curiosité, c'est grâce à ça qu'on fait des découvertes, qu'on apprend des choses, à l'école comme dans la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 23 Déc - 18:09
Creativity takes courage.
Kate Marsh
Messages : 191
Localisation : Appartement de Teddy et Ophélia
Emploi/loisirs : Dessin, écriture, violon, lecture
Humeur : Angoissée

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
Voir le profil de l'utilisateur
Je sentais qu'elle m'analysait. Tant mon apparence que mon état d'esprit. Après tout qui pouvait la blâmer ? Je ne suis pas du genre à être très à l'aise en présence d'inconnus non plus. Malgré tout, je ne pus m'empêcher de me sentir un peu nerveuse. Au bout de quelques secondes qui me parurent interminables, elle me répondit enfin :
« Sarah Graham miss ! Je vais bien merci, j'essayais de bronzer là... Pas sûre que ça fonctionne par contre ! » Elle fit une pause. Je lui souris, amusée par sa blague. C'est certain que le soleil d'Oregon n'assure pas le meilleur bronzage.
« Hmm ce que j'aime ici... J'aime l'esprit du Tobanga, la connexion à la nature. Je me sens bien à côté pour méditer, me ressourcer. Un peu comme les temples pour les dieux, tu vois ? Et du coup, comment tu vas et qu'est-ce qui te plaît ici toi ? »

Elle semblait à l'aise et était avenante. Pour éviter un autre silence embarassant, je m'exprimai tout de suite :
"Je vais plutôt bien merci. Je comptais retourner dans ma chambre pour réviser après cette courte matinée de cours mais c'était sans compter l'écureuil qui m'a mené ici. C'est bien mon genre ça de suivre des animaux sans aucune raison... mais bon il était vraiment adorable." Je fis une pause également avant de continuer.
"Et sinon, j'aime énormément ce lieu pour sa sérénité. C'est un peu comme toi à vrai dire, j'aime me sentir entourée par la nature, entendre tous ces êtres discrets autour de moi. L'air frais et boisé m'enivrerait presque. Je viens souvent ici pour réfléchir, chanter un peu, jouer du violon ou écrire. Et ça me fait toujours beaucoup de bien..."
Ça devait être l'esprit de Tobanga qui m'apaisait ainsi mais il n'y avait plus une once de nervosité dans ma voix. Mes mots exprimaient ce que me disait mon cœur. Un sourire se dessina sur mon visage. Pas un sourire de satisfaction d'avoir réussi à exprimer ce que je voulais, non. Simplement un sourire de bien-être.

J'entendais les pépiements des oiseaux venir de la cime des arbres. Des signes d'une vie cachée et préservée. Je pris le temps d'observer l'horizon devant moi. Même s'il ne s'arrêtait qu'à un bosquet au loin, dans la forêt, j'avais une sensation de liberté incroyable. L'envie de sauter, de courir ou même de danser montait en moi. Mais, je n'allais pas partir comme ça... Ce serait impoli. Je m'apprêtais à lui proposer de jouer à un jeu pour apprendre à se connaître quand un écureuil apparut soudainement devant nous.

Il était roux, de taille moyenne et transportait une petite noisette avec lui. Comme l'autre, il était absolument adorable. J'eus envie d'aller le caresser mais il déguerpit aussi vite qu'il fut arrivé. Tant pis ! J'énonçai finalement mon idée de jeu :
"Est-ce que ça te dirait de jouer à un jeu pour faire un peu connaissance ?
Ça s'appelle deux vérités et un mensonge. Le principe est assez simple. Tu exposes trois faits te concernant. L'un des trois est un mensonge et les deux autres des vérités. Je devrais deviner la nature de ceux-ci. Et vice-versa. Alors, qu'en dis-tu ?"
déclarai-je avec aplomb.

Je sentais peu à peu les problèmes de cette matinée se dissiper. Même si je savais que j'y repenserai plus tard, peu m'importait maintenant. Je voulais uniquement profiter du moment présent.
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Jan - 17:17
Invité
Invité
Anonymous
Kate ne marque aucun temps avant de répondre. Je me rends compte que j’ai peut-être été vraiment trop longue à répondre tout à l’heure, je me sens un peu coupable pour ça, maintenant. Comme je n’aime pas me sentir coupable, je ne m'appesante pas là-dessus et écoute plutôt ce que me dit la jeune femme.

« Je vais plutôt bien merci. Je comptais retourner dans ma chambre pour réviser après cette courte matinée de cours mais c'était sans compter l'écureuil qui m'a mené ici. C'est bien mon genre ça de suivre des animaux sans aucune raison... mais bon il était vraiment adorable. »

Je souris en l’imaginant suivre un petit écureuil sans faire attention à où il l’amène. Il n’y a pas que l’écureuil qui est adorable dans ce tableau si on me demande mon avis. Parce qu’elle a l’air toute douce, et l’imaginer faire confiance à un petit animal comme ça, bah je trouve ça trop mignon. Voilà.

« Et sinon, j'aime énormément ce lieu pour sa sérénité. C'est un peu comme toi à vrai dire, j'aime me sentir entourée par la nature, entendre tous ces êtres discrets autour de moi. L'air frais et boisé m'enivrerait presque. Je viens souvent ici pour réfléchir, chanter un peu, jouer du violon ou écrire. Et ça me fait toujours beaucoup de bien... »

Je bouge la tête de haut en bas au fur et à mesure que ses mots coulent. Je ressens tellement ce qu’elle dit, ça me parle profondément. C’est un bon sentiment de se reconnaître dans les paroles d’une autre personne, comme un lien préexistant, un signe qu’on peut carrément bien s’entendre ! Même s’il y a quelques différences, parce que je ne vais pas venir chanter ici, ni jouer du violon. Déjà parce que je ne joue d’aucun instrument de musique, encore moins du violon. J’ai même pas de quoi me payer un violon, laissez de côté les cours ! Puis chanter heu… Ouais c’est une de mes options, mais je veux pas effrayer les animaux en tentant de chanter par ici. J’chante qu’en cours, dans ma chambre, ou sous la douche. Je chante pas naturellement bien. Par contre j’aimerais bien l’entendre chanter ou jouer, je suis sûre qu’elle y est douée, elle ! Elle a déjà une voix toute douce rien qu’en parlant.

Après avoir fini de parler, Kate observe la nature autour de nous. Ou du moins j’imagine que ce qu’elle observe, parce que si c’est autre chose, je ne l’ai pas vu. Moi, je l’observe elle. Parce que son visage est agréable à observer. Parce qu’elle est belle, et plus j’apprends qui elle est, même si je n’en connais pas encore beaucoup, plus je la trouve belle. Peut-être un petit béguin en vue. À cette idée je secoue la tête et m’ébroue, comme si je voulais me réchauffer après avoir senti un mouvement d’air frais. Un béguin pour une fille dont je ne connais ni l’orientation sexuelle ni la situation de couple ? Mauvaise idée ! Je détourne le regard et vois un écureuil s’approcher. Il transporte une noisette. Lui, il n’est pas gros, la noisette, encore moins. C’est l’une de mes choses préférées ici, voir les écureuils. Même si c’est très bref ! D’ailleurs, le voilà qui disparaît dans les bois. Adorable petite boule de poils.

« Est-ce que ça te dirait de jouer à un jeu pour faire un peu connaissance ? » Je tourne la tête vers Kate, les yeux grands ouverts sous l’intérêt. « Ça s'appelle deux vérités et un mensonge. Le principe est assez simple. Tu exposes trois faits te concernant. L'un des trois est un mensonge et les deux autres des vérités. Je devrais deviner la nature de ceux-ci. Et vice-versa. Alors, qu'en dis-tu ?
- Carrément pour ! Je connaissais la version deux mensonges une vérité, mais je peux m’adapter ! je ris. Voyons voir… Un, je suis en Lettres. Deux… ma spécialité est Lettres Modernes et trois… quand je serai grande, je veux être une sorcière ! Quels sont tes pronostics ? »

Je lui fais le sourire le plus honnête que j’ai en stock. Pourtant je sais que ma malice est encore visible, je suis trop joyeuse pour la cacher. Je suis en Lettres, ça oui, par contre ma spécialité est Lettres Anciennes. Pour ce qui est du troisième fait, je m’intéresse assez à la religion Wicca, mais je ne me considère pas encore sorcière. Baby witch à la limite. Je suis toute nouvelle dans ce monde. Alors ouais, j’aimerais bien continuer d’apprendre à ce sujet pour finalement un jour être une sorcière, une vraie.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 8 Jan - 19:55
Admin
Tobanga
Messages : 225
Localisation : Près des dortoirs Prescott
Emploi/loisirs : Totem
Humeur : Spirituelle
Voir le profil de l'utilisateur http://lifeisstrange.forumactif.com
    Le Tobanga se met à bouger tout seul et des élèves le voit faire, et certains le filment tandis que d'autres fuient. Il n'y a pourtant pas de vent.
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 10 Jan - 14:00
Creativity takes courage.
Kate Marsh
Messages : 191
Localisation : Appartement de Teddy et Ophélia
Emploi/loisirs : Dessin, écriture, violon, lecture
Humeur : Angoissée

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
Voir le profil de l'utilisateur
- Carrément pour ! Je connaissais la version deux mensonges une vérité, mais je peux m’adapter ! elle rit. Voyons voir… Un, je suis en Lettres. Deux… ma spécialité est Lettres Modernes et trois… quand je serai grande, je veux être une sorcière ! Quels sont tes pronostics ? »

C'était un choix ardu. Néanmoins, si j'étais logique, je pouvais plus ou moins facilement arriver à la conclusion finale. Le cursus Lettres ne pouvait pas être un mensonge puisqu'il était lié à la spécialité Lettres modernes. Alors le dilemme se faisait maintenant entre Lettres modernes et sorcière... Hum. Mon intuition me criait que sorcière était bel et bien une vérité et je sentais en effet qu'elle possédait une aura un peu mystique. Bon, il est temps de lui répondre.

"Eh bien, ce n'était pas facile. Mais je pense que le mensonge c'est ta spécialité. Tu n'es pas en Lettres modernes mais tu suis bien un cursus Lettres et tu veux devenir une sorcière quand tu seras plus grande ! C'est le choix qui m'a paru le plus logique et confirmé par mon intuition, avec qu'en dis-tu ?" répliquai-je dans un ton joueur et détendu.

A l'instant même où je terminai ma phrase, Tobanga se mit à trembler dangereusement. Le plus étrange était qu'il n'y avait pas une once de vent qui traversait la cour. Il était comme animé d'une force supérieure. La terre se craquelait autour de son socle et les sculptures taillées dans son bois se mirent à rayonner d'une lueur rouge sang. C'était réellement effrayant mais... en même temps très intriguant. Je n'avais jamais vu ça de toute mon existence.

J'avais les yeux écarquillés de stupeur face à cet événement fascinant. C'était comme si ces légendes amérindiennes se réalisaient sous mes yeux, enfin sous nos yeux, à Sarah et moi. Mais pourquoi nous ? Je ne suis ni amérindienne ni adepte de ces croyances.

Je m'étais écartée quelque peu de l'arbre pour mieux l'observer et surtout pour me mettre en sécurité. Pensant que Sarah ferait de même, je n'avais pas vérifié si elle était près de moi. Mais quand je vérifiai justement cela, je me rendis compte qu'elle était toujours près du totem, complètement absorbée par le spectacle que lui offrait cette oeuvre envoûtante.

Soudain, le cercle dans lequel la terre se craquelait s'élargit et parvint aux pieds de la femme fille aux cheveux ébène. Affolée, je me précipitai pour la tirer hors de danger. Ce n'était peut-être pas un danger immense mais voir la terre s'effondrer à ses pieds et se rapprocher dangereusement d'elle m'avait provoqué un sursaut d'angoisse.

Elle était étendue là, sur l'herbe, les yeux fermés et restait silencieuse. Je pris peur et je voulais crier à l'aide, lui demander ce qui se passait mais afin de ne pas la brusquer, je lui demandai doucement.
"Tout va bien ? Tu n'es pas blessée  ?"

Après tout, rien ne me disait qu'elle était blessée ou quoi que ce soit... J'attendais sa réponse, le regard inquiet posé sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 22 Jan - 16:19
Invité
Invité
Anonymous
Kate prend son temps pour réfléchir, on verrait presque les rouages tourner dans son esprit, dans son regard. On dit que les yeux sont la fenêtre de l’âme, c’est dans des moments comme ça que je trouve cette expression très vraie. Finalement, elle me dit que ce n’était pas facile, mais penser que le mensonge est ma spécialité. Un instant, je me méprends sur le sens de cette affirmation avant de comprendre. Oui, des trois déclaration, le mensonge était celle sur ma spécialité. Très intelligente. Je lui fais un grand sourire, prête à lui répondre, mais le Tobanga lui-même en décide autrement.

En effet il se met soudain à trembler. Pourtant il n’y a pas de vent pour le faire bouger. Autour de sa base, la terre se craquelle, mais le plus impressionnant, le plus intéressant à mes yeux, c’est la statue elle-même. Elle brille d’une lumière rouge. C’est de la magie, ça ne peut en être autrement. Est-ce un message ? Peu importe, ça renforce mes croyances. Il y a quelque chose de magique ici. Je suis perdue dans mon observation, fascinée, en attendant une explication, peut-être. Soudain je me retrouve tirée en arrière. Un cri m’échappe alors que je tombe dos au sol. Waouh, ça, c’était pas prévu du tout ! Je ferme les yeux en attendant que la douleur passe.

« Tout va bien ? Tu n'es pas blessée ? » Kate me demande d’une voix toute douce.

Je rouvre un oeil et vois que ce n’est pas que sa voix qui a l’air un peu inquiète. Ça se voit aussi sur son visage, dans son regard. Tout d’un coup, je suis pressée d’enlever cette inquiétude. J’ouvre alors l’autre oeil en secouant la tête de droite à gauche. Yup, toujours en vie, on se débarrassera pas de moi si vite ! Je me redresse en m’appuyant sur un bras, l’autre main occupée à frotter ma tête. J’espère que je n’aurai pas de bosse…

« Il s’est calmé on dirait… Je me demande ce qui l’a agité comme ça… »

Il ne me faut pas deux secondes après avoir parlé avant de me traiter d’idiote. J’aurais pu la remercier, lui dire de ne pas s’inquiéter, lui dire qu’elle ressemble à un ange même si c'est hyper cliché, je ne sais pas, quelque chose, mais non le Tobanga est tellement intéressant. Enfin en même temps il est intéressant, ce n’est pas tous les jours qu’on le voit trembler et briller comme ça !

« Oh au fait, tu avais raison ! Ma spé c’est les Lettres Anciennes, pas les Modernes. »
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 7 Fév - 23:45
Creativity takes courage.
Kate Marsh
Messages : 191
Localisation : Appartement de Teddy et Ophélia
Emploi/loisirs : Dessin, écriture, violon, lecture
Humeur : Angoissée

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
Voir le profil de l'utilisateur
Chaque once de mon corps tremblait tant l'angoisse se transformait en terreur. Mon souffle se faisait court. Oh mon Dieu, ayez pitié... Pitié qu'elle soit toujours là... Le totem avait cessé de se mouvoir. Mais Sarah, elle, n'avait pas manifesté le moindre de vie.

Soudain, j'aperçus les pupilles sombres de la jeune fille se dessiner sur son visage détendu. L'intégralité de mon angoisse s'échappa en un long soupir, profondément libérateur. Ce fut un rude ascenseur émotionnel... de petites larmes perlèrent même sur mes joues, et... je riais en même temps à sa réponse... Elle était en forme, ça se voyait et s'entendait. Je sentis ma peau se réchauffer, l'atmosphère se détendant et les larmes faisant place au fou rire.

« Oh au fait, tu avais raison ! Ma spé c’est les Lettres Anciennes, pas les Modernes. » me répondit-elle en souriant.

Je m'étais tellement inquiétée, pour une situation pas si alarmante que ça finalement. Et il faut dire que c'était drôle avec le recul. J'essayais de me calmer tant bien que mal et j'y parvins après une longue minute de fou rire, un peu nerveux également je pense.

Nos regards se recroisèrent. C'était mon tour d'énoncer mes vérités et mon mensonge. Mais, je voulais également parler ce qui venait de se passer :

"Mon Dieu... je suis désolée d'avoir réagi de manière aussi disproportionnée, j'ai juste été très inquiète pour toi... Alors je vais te demander mes vérités et mensonge du coup. Je suis originaire de l'Utah. Je joue de la harpe. J'aimerais devenir illustratrice du livre pour enfants. Voilà voilà... j'espère que ce ne sera pas trop dur pour toi ! Et je voulais aussi te parler de ce qui venait de se passer... c'est étrange tout de même... enfin... comment l'interpréterais-tu si tu en es capable ?" lui déclarai-je avec aplomb.

J'avais l'impression que je pouvais parler plus librement avec elle, comme si cet événement on ne peut plus particulier nous avait rapprochées en quelque sorte. J'étais heureuse d'avoir suivi ce petit écureuil. Il ne m'a pas fait perdre mais m'a aidé à découvrir une nouvelle personne et à témoigner de la grande singularité de Tobanga. Il faudrait que je trouve un moyen de le remercier...
Revenir en haut Aller en bas
Sam 2 Mar - 20:23
Invité
Invité
Anonymous
Mes premières paroles m’ont peut-être semblé stupides, mais elles ont le mérite d’avoir fait disparaître l’inquiétude de Kate et fait naître un fou-rire. Je préfère ça ! C’est contagieux, et je ris un peu aussi, avant de lui donner les résultats du jeu. Il lui faut encore un peu de temps pour calmer le fou-rire.

Elle se dit d’abord désolée d’avoir réagi comme elle l’a fait, et j’aurais pu en rougir. En tout cas, je baisse la tête quelques secondes, détournant le regard. Ça me touche qu’elle se soit inquiétée pour moi, même si de ce que je sais d’elle, je pense qu’elle se serait inquiétée pour n’importe qui dans cette situation. Je ne peux l’en blâmer, ça devait être impressionnant… J’étais trop fascinée par la statue pour être rationnelle et raisonnable, je n’avais juste aucune conscience du danger, ce qui ne me ressemble pas vraiment maintenant que j’y pense.

« Alors je vais te demander mes vérités et mensonge du coup. Je suis originaire de l'Utah. Je joue de la harpe. J'aimerais devenir illustratrice du livre pour enfants. Voilà voilà... j'espère que ce ne sera pas trop dur pour toi ! Et je voulais aussi te parler de ce qui venait de se passer... c'est étrange tout de même... enfin... comment l'interpréterais-tu si tu en es capable ? »

Mon regard est tout dirigé vers le Tobanga. Si je n’en avais pas été témoin, jamais je n’aurais cru qu’il s’était réellement animé. Pas sans que quelqu’un ne me le dise. Je réfléchis aux deux vérités et un mensonge de Kate. Illustratrice de livres pour enfants sonne comme quelque chose qui lui ressemble. C’est artistique et elle a comme une aura enfantine. Pas qu’elle soit une gamine, mais elle n’a pas vraiment perdu son âme d’enfant, et ce qu’elle dégage me fait penser qu’elle s’entend bien avec les enfants, alors j’aurais du mal à y mettre un mensonge ici. Elle m’a dit tout à l’heure qu’elle jouait du violon, pas de la harpe… Mais les musiciens peuvent apprendre à jouer de deux instruments. Comme les gens qui apprennent des langues ne s’arrêtent que rarement à une, et les artistes restent rarement dans un seul domaine. Alors pourquoi pas ? Et l’Utah… Je ne reconnais pas les accents, je n’ai aucun indice, je n’en sais rien.

« C’est dur... Mais je dirais que tu joues du violon et de la harpe et que tu veux devenir illustratrice de livres pour enfants, faisant de toi-originaire de l’Utah un mensonge ? » Je reporte mon regard vers elle, attendant la réponse. Est-ce que j’ai bon ou pas ? Après avoir appris que je me suis trompée, je ris et reprends. « L’Utah donc, je retiendrai ! Mon animal préféré est le rat, je suis thé et… je n’ai jamais lu Roméo et Juliette. » Oui c’est une honte et il faudra que j’y remédie un jour, je sais. J’ai regardé une version film pour compenser. « Et je ne sais pas comment l’interpréter… Peut-être que le Tobanga a ressenti des mauvaises ondes de je-ne-sais-quoi et a voulu nous prévenir d’un danger ? C’est pas très positif mais vu comment il s’est énervé c’est tout ce que je vois. » je réponds en haussant les épaules. « Ce serait quoi ton hypothèse ? Ou tes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life is Strange :: Les RP abandonnés-