Revenir en haut Aller en bas



AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Une Curieuse Rencontre | ft. Reith Ainsworth

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous
MessageSujet: Une Curieuse Rencontre | ft. Reith Ainsworth   Une Curieuse Rencontre | ft. Reith Ainsworth EmptyMar 12 Fév - 16:17

Lorsque l'ennui frappait, Alex avait ses petites habitudes. Avant d'entrer à Blackwell, il prenait le temps d'aider sa mère, de jouer avec le chat, ou de dessiner ce qui venait orner son chemin. Son territoire étant désormais réduit à sa chambre dans les dortoirs, il fallait bien avouer que les deux premiers étaient un peu plus difficiles à réaliser. Cependant, en cet agréable samedi après-midi, rien ne l'empêchait de quitter l'enceinte de l'académie pour entamer une petite promenade dans la ville. Il avait donc attrapé son sac, ses affaires de dessins, puis le bus - qu'il avait failli manquer, tout de même - le menant au centre-ville. Il avait songé à s'arrêter une petite heure au Dinner, mais il n'avait pas tellement faim ; et puis, il ne fallait pas se mentir : cette partie de la ville ne l'attirait pas autant qu'il l'espérait.

Il se mit donc en tête d'aller un peu plus loin que prévu. Remettant parfois correctement sons ac sur son épaule, il avait commencé à errer sans but aux abords de la ville, profitant de la douceur des ombres projetées par les arbres. Le soleil laissait parfois quelques rayons sournois réchauffer la glace de ses yeux, le forçant à lever un bras pour éviter d'être ébloui, mais cela ne le dérangeait pas plus que ça. Il faisait plusieurs courtes haltes, écoutant la mélodie des moineaux déchirer le silence de la forêt, observant un couple d'écureuils se courir après, ou encore faisant un petit croquis d'un quelconque végétal qui passait par là ; si bien qu'il finit par ne plus ranger son carnet, et d'accrocher son critérium au col de son t-shirt pour éviter de le perdre.

C'est en faisant une nouvelle pause, les yeux levés vers la cime des arbres, qu'il se rendit compte qu'il s'était engagé sur le chemin menant au phare. Il n'avait jamais réellement été jusqu'au bout de cette petite route, la quittant en général pour aller volontairement se perdre parmi les épais troncs d'arbres, savourant alors la danse des feuilles dans le vent, et le craquement de branches et d'écorces sous ses chaussures. De temps en temps, il croisait un animal sauvage, et c'était principalement la raison pour laquelle il aimait vagabonder dans cette zone ; il lui était même arrivé d'apercevoir la vague silhouette d'un loup, mais ça, il n'en était pas réellement sûr.

Cette fois, cependant, il décida de continuer à arpenter le passage de terre qui s'étendait devant lui, l'ombre du phare finissant par lui apparaître faiblement à travers les branches des arbres. Il trouva même la vision assez belle, aussi prit-il le temps d'en esquisser un vague dessin. Il tenta d'y mettre un certain nombre de détails, afin de ne pas les oublier lorsqu'il immortaliserait cette scène plus proprement une fois rentré ; mais il ne fut pas réellement satisfait de ce qui apparaissait sur le papier au fil du ballet de sa mine de plomb. Un photo serait bien mieux, se dit-il.

Le carnet fermé et placé en un équilibre précaire entre son bras et son torse, le crayon coincé entre les dents, il tenta tant bien que mal d'atteindre et ouvrir son sac, qui avait décidément bien envie de ne pas répondre à sa volonté. Il essaya alors d'attraper la bandoulière avec son autre main ; mais il sentit rapidement la caresse sournoise du carnet qui glissait le long de son corps. Il n'eut pas le temps de le rattraper que déjà il dévalait la pente aux côtés de sa gomme qui, sans même qu'il ne le remarque, avait bondit hors de la poche de sa veste pour atteindre une désagréable liberté.

L'ébène laissa échapper un juron que le critérium s'amusa à étouffer, comme pour se moquer de son malheur. Lâchant le sac qui, de toute façon, ne risquait pas d'aller bien loin car accroché à son épaule, il partit à la poursuite des fugitifs. S'il parvint à récupérer et nettoyer son carnet, il ne sut où avait atterri le petit cube de caoutchouc blanc. Plusieurs fois il crut le voir du coin de l'oeil, mais il se rendait compte à chaque coup que ce n'était qu'un rayon de soleil à travers les feuilles, comme si son environnement cherchait à le narguer. Il n'avait jamais réellement cru à ces idées de chance ou autre, mais là, c'était comme si le karma jouait avec lui sans aucune raison. Juste pour une gomme.

Merveilleux.
Revenir en haut Aller en bas
Creativity takes courage.
Reith Ainsworth
Messages : 84
Humeur : ❀﹏❀

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
MessageSujet: Re: Une Curieuse Rencontre | ft. Reith Ainsworth   Une Curieuse Rencontre | ft. Reith Ainsworth EmptyLun 22 Avr - 23:39

Pourquoi avait-il marché jusqu'ici, seul ? Sans doute parce que ce coin reculé d'Acardia Bay lui plaisait. Oh, il n'était pas le seul à venir vagabonder dans les parages. Ce lieu accueillait curieux, rêveurs et âmes égarées. Reith entrait plutôt dans le profil du vagabond, comme mentionné plus haut. La dernière fois il avait opté pour la plage et ses coquillages, à présent c'était le phare et sa forêt. Alors, c'est avec la guitare accrochée à son dos, qu'il marchait jusqu'au sommet, vers le phare qui l'attendait, prostré, immobile. Les mains enfoncées dans les poches, il regardait avec attention où il pouvait bien poser les pieds, le chemin étant plutôt escarpé. Néanmoins, il aperçut rapidement le phare dans son entièreté monumentale.

Il le contempla un instant en s'arrêtant avant que ses yeux ne balayent les environs. C'était vraiment calme. Mais Reith avait bien l'intention de rompre ce silence naturel avec quelques notes qui, avec un peu de chance, ne feront pas fuir les petits oiseaux. D'un pas tranquille, il alla tout bonnement s'effondrer au pied du phare, sur un coussin d'herbe un peu sec. Il entreprit ensuite de poser sa guitare contre sa cuisse, pour laisser de notes douces s’échapper dans l’espace et venir s’égarer dans les oreilles de qui voulait bien les entendre. Cela faisait un petit moment que Reith essayait d’inventer un morceau, de créer des enchaînements de notes nouveaux, il essayait de composer quelque chose d’original. Il sentait que ce travail était fructueux et cela le motivait à continuer. L’inspiration était plus facile ici, au calme, il aurait pu se contenter de sa chambre mais être l’extérieur avait son avantage.

Il joua ainsi durant quelques minutes, recommençant quand il se trompait ou quand il estimait les enchaînements mauvais et peu harmonieux. Il trouva enfin quelque chose de sympathique, il rejoua l’enchaînement une dernière fois avant de rire, satisfait. Le jeune homme se leva et abandonna son instrument contre le phare pour s’étirer avec lassitude, rester assis lui avait donné mal aux fesses. Il marcha un peu autour du phare, grimpa sur un rocher à pieds joints et avisa ce qui l’entourait une nouvelle fois. Décidément on était mille fois mieux dans ce décor que dans le paysage aride de son Etat d’origine. Il se surprit à aimer les arbres plus que de raison, ainsi que l’océan, l’air salé et même tous les mystères qui encerclaient cette pauvre ville, pourtant si jolie. Elle était fuie, néanmoins, cette ville, alors que Reith, lui, l’avait cherché. Il s’y sentait chez lui mais ne s’imaginait pas pour autant y demeurer. Tout avait une fin, son passage à Acardia Bay aussi, il le savait.

Perché sur son modeste rocher, un son venant du bois attira l’attention du jeune homme qui faisait alors danser une pièce de monnaie dans sa paume. Son regard fouilla les arbres avec attention et il finit par distinguer une forme humaine qui faisait… Qui faisait quoi ?

Il sauta de son cailloux, les mains dans les poches pour s’approcher du mouvement qu’il avait perçu. C’était un garçon qui paraissait avoir environ son âge, penché, et semblait chercher quelque chose entre les feuilles, les cailloux et la terre. Après l’avoir regardé un instant, le blond le reconnu, plus ou moins. Ce gars était à Acardia Bay, il l’avait déjà vu dans les couloirs, quelques fois. Il se demanda qu’est-ce qui avait pu retenir son attention chez ce brun là et il n’eut pas à réfléchir longtemps ; c’était ses yeux. Amusant…

Des yeux aussi perçants que pénétrants.

- Salut, lança-t-il d’une vois assez forte pour se faire entendre, t’as l’air de galérer, tu veux de l’aide peut-être ? Même si je dirais que tu en a sans doute besoin… Ou pas ?

Reith retint un rire, même si il souriait, ce qui trahissait son amusement face à la galère qui était celle du brun. Il espérait néanmoins ne pas le faire fuir, c’est qu’il avait l’air farouche, l’Hippolyte. Il avait déjà remarqué cet élément là au sein de l’université même, il semblait être une âme solitaire. Ou pas ? Il n’en savait pas grand-chose, après tout, mais il était curieux.

Je suis navrée pour le retard -très long retard- Une Curieuse Rencontre | ft. Reith Ainsworth 3693995783
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une Curieuse Rencontre | ft. Reith Ainsworth
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une jeune chatte bien curieuse... (PV Nuage de Prune)
» Parfois il est pas bon d'être curieuse //Lexie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life is Strange :: Les RP abandonnés-
Sauter vers: