Revenir en haut Aller en bas



AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Creativity takes courage.
Graziella Speranza
Messages : 284

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
MessageSujet: Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua)   Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua) EmptyVen 9 Nov - 2:41

Le match des Bigfoot venait tout juste de se terminer. L'équipe du campus avait remporté la victoire. Le stade entier acclamait ses champions, et j'en fis partie. Je n'étais pas souvent accompagnée, ayant finalement assez peu d'amis. Je préférais donc me rendre où je voulais quand j'en avais envie. J'avais assez confiance en moi pour croire qu'il ne m'arriverait jamais rien de grave. Je me trompais évidemment. Mais ça, je ne le savais pas encore. Emmitouflée dans mon gros pull couleur moutarde, je maudissais la fraicheur de la nuit, livre en mains. Je n'avais que celui-ci et mon téléphone sur moi. Le téléphone était dans ma poche, et le livre était caché sous mon pull, légèrement rentré dans mon pantalon, n'ayant pas prit de sac et ne cherchant pas à me faire questionner éventuellement sur celui-ci. L'heure était arrivée. Je sortis des gradins, patientant malgré moi - et poussant quelques gens par malheur, oups - pour sortir plus vite d'ici. Je détestais attendre. C'était une perte de temps considérable. Mon temps était précieux. Je finis par m'éclipser un peu de la foule et par rejoindre la porte des vestiaires de l'équipe de Blackwell. J'ouvris naturellement la porte comme si j'étais chez moi, et aperçus les fesses poilues d'un joueur de l'équipe. Je refermais la porte aussitôt en ayant la nausée. Brrr. Quelle horreur. Je décidais donc de faire le tour pour intercepter ma proie lorsqu'elle sortirait des vestiaires. Je ne devais pas me tromper de personne, de visage. Heureusement, j'étais près d'un lampadaire, appuyée contre un arbre, dans l'ombre de celui-ci, et je pouvais déceler le visage des sportifs qui sortaient de la salle aux fesses dénudées (les vestiaires). Je repérais alors le dit garçon, et m'approchait de lui d'un pas sûr et tranquille, avant de me positionner devant lui à un moment où il était arrêté, et légèrement à l'écart de ses coéquipiers.

« Il aimait la mort, elle aimait la vie, Il vivait pour elle, elle est morte pour lui. »

Captant enfin son attention, et remarquant qu'il ne semblait pas comprendre, je ne détournais pas mes yeux de lui, tout en soulevant mon pull pour récupérer le livre, l'ouvrant à une page au hasard. Je baissais alors les yeux avant de les relever pour en citer un passage.

« Ces plaisirs violents ont des fins violentes. Dans leurs excès ils meurent, tels la poudre et le feu que leurs baisers consument. »

Puis je refermais le livre et le lui tendis, avec un sourire en coin. Je ne remarquais pas l'attention soudaine de ses coéquipiers, m'en moquant largement.

« Je crois que c'est à toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Science is the Poetry of reality.
Joshua A. Reynolds
Messages : 34

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
MessageSujet: Re: Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua)   Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua) EmptyMar 13 Nov - 14:05

"Encore une victoire pour les Bigfoots !" criait le commentateur du stade, tandis que l'équipe quittait le terrain, riant et enchaînant les high fives. Josh était fier de lui. Son équipe était réellement au top, les victoires s'enchaînaient. En même temps, ils étaient plutôt bons, les autres équipes étaient toujours réticent à l'idée de jouer contre les Bigfoots. Les garçons se dirigeaient vers les vestiaires, discutant gaiement. Josh glissa un clin d'oeil en direction des cheerleaders, qui pouffèrent de rire. Une blonde lui fit un signe de la main, les joues rosies. Il sourit. Il aimait cette sensation, être acclamé, être au centre de l'attention.
      Une fois dans les vestiaires il commença à se changer, tout comme ses camarades. Ils prévoyaient d'aller boire un verre dans un bar en ville une fois douchés et propres. Le capitaine de l'équipe ajouta, avec un ton qui dévoilait ses intentions que les filles de l'équipe de cheerleader les rejoindraient, et les joueurs se mirent tous à siffler et a rire d'excitation, Josh comprit. Il les aimait bien, les filles de cette équipe. Elles étaient sympa, et puis elles étaient vraiment mignonnes. Une fois tout le monde prêt, le groupe de jeunes hommes sortit bruyamment des vestiaires, prêt à boire de la bière et à causer avec de jolies filles de leur âge.

      Alors que Josh discutait du match avec un de ses compères, il entendit une voix féminine, froide et assez forte pour se faire entendre au dessus des beuglements de certains garçons de l'équipe. Quand il reconnut ce qu'elle citait, il se crispa. C'était du Shakespeare. Elle continua à lire le livre qu'elle tenait entre ses mains et il sentit ses joues rougir. C'était son livre. La honte, devant l'équipe, devant tous ses amis. Soudain, il la reconnu. Grace, ou quelque chose comme ça, un peu plus italien, tout le monde la trouvait un peu étrange, il avait entendu parler d'elle. Il avait perdu son exemplaire de Roméo et Juliette, elle avait dû le récupérer. Le regard de Josh croisa celui, circonspect, d'un de ses camarades sportifs. Il eut un rire un peu faux et dit d'une voix un peu trop forte "Euh, c'est pas a moi, je vois pas de quoi tu parles hein.". Jamais de la vie il n'avouerai sa passion pour le théâtre aux autres de l'équipe. C'était son truc à lui, et pour eux, le théâtre c'était un truc pour les nerds. Il n'avait pas besoin de ça. Sa phrase rassura ses amis, et le groupe continua à marcher joyeusement, reprenant leurs discussions sur la taille de bonnet des différentes cheerleaders présentes ce soir. Après avoir un peu continué avec eux, il fit semblant de recevoir un message sur son téléphone et lança au capitaine de l'équipe "M'attendez pas, je vous rejoins la bas".
      Il revint discrètement sur ses pas, cherchant la rousse. Elle avait commencé à s'éloigner, ainsi il courut presque vers elle, s'arrêtant devant. Il lui sourit, et tendit sa main, voulant récupérer l'ouvrage.  "Merci. Et excuse moi d'avoir réagit comme ça, mais ces mecs la n'ont pas besoin de savoir que j'aime Shakespeare."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Creativity takes courage.
Graziella Speranza
Messages : 284

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
MessageSujet: Re: Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua)   Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua) EmptyJeu 15 Nov - 1:22

Apparemment, il ne voulait pas récupérer son bouquin. Je conservai mon air sérieux, car pour moi le théâtre était à prendre aussi bien au sérieux qu'à servir de divertissement, à offrir de nouvelles façons de penser, de s'exprimer, d'interagir... Mais visiblement, cela semblait soit une erreur, soit un devoir pour lui, soit un plaisir interdit qu'il refusait de révéler. Je ne voyais pas le mal à ça, et la pièce se déroulant à Vérone et étant, pour ma part, ma pièce préférée de Shakespeare, je pris assez mal sa réaction. Je le dévisageais un instant en train de rire avec sa marée d'amis avant de partir en s'éloignant. En m'ignorant. Je restais un instant sur place, fixant l'endroit où il s'était trouvé, avant de tourner la tête en les regardant partir. Tant pis pour lui. Je finis par prendre un chemin en direction des dortoirs, à défaut d'autre chose, serrant le bouquin contre ma poitrine, comme s'il s'agissait d'un bien précieux. S'en était un. J'entendis alors des bruits de pas derrière moi, et j'eus à peine le temps de me retourner que le grand brun se retrouvait devant moi, me bloquant le passage. Je m'arrêtais, l'écoutais et regardais sa main tendue vers son livre. Je me tournais pour regarder autour de nous. Personne. Pas un chat. Je me mis alors à souffler du nez, répondant avec ironie.

« On peut comprendre que William Shakespeare ait eu une vie difficile en tant qu'artiste et que les artistes sont toujours aussi mal vus, mais je me demande si son talent peut revenir à toi juste après que tu te sois moqué de son art. »

J'aurai bien aimé partir, mais je ne voulais pas être seule. Je m'en rendais compte de plus en plus au fil des années, mais j'avais peur de la solitude, tout comme je faisais difficilement confiance aux autres. Moi, j'étais juste une jeune femme perdue dans une famille avec une vie tracée pour elle. Une fille à l'abandon de quelconques rêves, essayant de découvrir qui elle était et ce qu'elle voulait vraiment. Je finis par baisser les yeux, serrant un peu plus le livre contre moi, comme s'il s'agissait là de mon petit protégé. Mon seul ami.

« Je trouve ça dommage que tu doives réagir comme ça pour "ces mecs". Sur le terrain, et du peu que j'ai pu te voir dans les couloirs notamment, tu avais l'air un peu plus confiant. »

Je ne l'avais pas regardé, sachant moi-même que je pouvais bien me reprocher des choses. Je sentis l'air frais commencer à se faire sentir, et malgré la peine que je commençais à ressentir, je défis mon étreinte du livre, et le lui tendis doucement. J'avais l'impression de perdre quelque chose de valeur. Je relevais les yeux vers lui, d'un air triste, sans vraiment le réaliser.

« Mais tu fais ce que tu veux et je ne te connais pas. En tous cas, c'est un excellent choix. Je fais peut-être honte, semblerait-il, à m'être spécialisée en théâtre, mais ce bouquin est l'une de mes pièces préférées. N'en aies pas honte... Tu as l'air de valoir mieux que ça. »

Je le regardais dans les yeux, avec sincérité, avant de lui adresser un mince sourire et de me rendre compte qu'il avait un tant soit peu d'influence sur moi. Je n'allais pas cacher qu'il me plaisait, il avait l'air d'être quelqu'un... de bien ? Je ne saurais le dire. Voulais-je vraiment un certain type de personne pour me voir avec celle-ci ? Aucune idée. Je n'avais jamais vraiment eu de relation de toutes façons. Et il n'était pas disposé ou intéressé par moi apparemment, aussi je finis simplement par le contourner pour m'éloigner de lui et me rapprocher des dortoirs, même si j'en étais encore un peu loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Science is the Poetry of reality.
Joshua A. Reynolds
Messages : 34

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
MessageSujet: Re: Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua)   Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua) EmptyMar 27 Nov - 3:50

Elle avait raison, elle avait totalement raison. Le travail de Shakespeare n'était pas à dénigrer, loin de la. Et étrangement, le regard si profondément triste qu'elle lui lança en lui tendant l'ouvrage lui fit l'effet d'un pic en plein coeur. Cette fille, une inconnue, avait l'air tellement sincère et honnête, tellement mélancolique mais pourtant si fière avec le ton ferme de sa voix, tintée d'un accent exotique qui le fit légèrement rougir. Il y avait un truc, quelque chose qu'il ne comprenait pas avec cette fille. Il eut un sourire un peu triste. Peut être qu'il valait mieux que ça, mais il aimait l'équipe, l'ambiance, les rires. Il aimait être populaire et plaire aux jeunes filles un peu écervelées de l'école. Il aimait cette place qu'il avait dans leur petite société. Et malheureusement, le théâtre n'avait pas sa place avec ces gens la. Il gardait cette passion pour lui et lui seul, et malgré toute la confiance qu'il avait en lui, jamais il n'avait joué sur une scène, une vraie. Parfois, dans la solitude de la villa parentale, il s'amusait à réciter des textes, mais il restait très pudique sur le sujet. Elle ne comprenait pas, et elle ne pourrait pas comprendre. Tant pis.
      Il voulu nier, non, il n'avait pas honte d'elle, il ne la connaissait même pas. Il avait voulu se protéger, et la protéger elle aussi, des moqueries dont étaient capable ses coéquipiers. Il avait dû se tromper, elle n'avait visiblement pas besoin d'être protéger. Mais elle ne lui laissa pas le temps de répliquer, de répondre à ses inquisitions, elle l'avait déjà contourné pour rentrer dans sa chambre. Il se retourna, et se sentit stupide, bras ballants et bouche bée. Il avait dû la blesser. Frustré, il refusait de rester sur cet échec. Cette demoiselle, avec son accent, ses manières et son assurance qui ne la quittait pas lui donnait envie de la comprendre, pourquoi se regard si bonnet de nuit, pourquoi ce rejet immédiat.
      Il sortit assez vite de son apathie, et la rattrapa, encore, en posant sa main sur l'épaule de la jeune fille. "Excuse moi. Je ne voulais pas te blesser." Il se mordit la lèvre. Comment sortir de cette situation, il s'était lancé dedans tout seul et tentait maintenant de remonter à la surface. "En fait... Roméo et Juliette, c'est aussi ma pièce préférée de Shakespeare. J'irais même jusqu'à dire une de mes pièces préférées tout court. Je n'ai jamais eu la chance de la jouer, ou même de la voir jouée ceci dit. Je ne suis pas très à l'aise avec le sujet, tu as pu le voir." Il ne voulait pas s'étendre sur le sujet, c'était réellement la seule facette de sa personnalité qu'il avait du mal à accepte. Et elle n'avait pas l'air de vouloir faire sa psychanalyse. Ceci dit, elle l'intriguait, et elle avait affirmé étudier le théâtre. Il tenta donc, précautionneusement, une approche. "Je m'appelle Joshua. Et toi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Creativity takes courage.
Graziella Speranza
Messages : 284

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
MessageSujet: Re: Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua)   Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua) EmptyMer 28 Nov - 3:16

Me sentant presque idiote au point de m'en vouloir de lui avoir rapporté son exemplaire de la pièce, je me sentis honteuse et vulnérable. Un peu. Je n'aimais pas ça. Je sentis alors que quelqu'un se rapprochait de moi et repérai une main sur mon épaule. Je me tournais vers le garçon, et à ses premières paroles, je me mordis la lèvre inférieure. J'avais eu l'air faible. Ma famille serait tellement fière de moi. J'aurai plutôt du appeler un de mes frères, pour l'honneur et le côté vengeance, si vraiment il m'avait fait de la peine ou du mal. Mais je n'en avais pas envie et je n'étais certainement pas la petite fille à son papa, même si tout le monde semblait le croire. J'aimais mon père et mes frères, mais j'étais une fille. Je n'aurai jamais le même dessein qu'eux, la même importance. Rien que ça, c'était blessant. Malgré tout, oui, ça m'avait blessé. Je n'aimais pas avoir l'air bête en public, surtout face à une équipe de sportifs pas forcément plus intelligente que moi. Cependant, je remarquais que le garçon en face de moi se sentait mal à l'aise, et il me révéla que cette pièce était également importante pour lui, car c'était sa pièce préférée. Moi non plus je ne l'avais jamais jouée, mais j'avais bon espoir que le club de théâtre ou le cours de Mr MacIntyre nous y oblige à un moment donné. Il avoua que ce sujet, le théâtre, ne le mettait pas à l'aise. Je fronçais les sourcils, essayant de comprendre comment on pouvait avoir honte du théâtre.

« Je n'aurai pas pensé que tu puisses aimer à ce point cette oeuvre, je dois t'avouer. Moi non plus je ne l'ai jamais vue ou jouée, mais ça fait un peu partie de mes rêves j'imagine... de la jouer sur scène. Enfin, je ne m'en rendais pas compte avant que tu abordes ce sujet, étrangement. »

Il se présenta finalement. Comme s'il voulait passer à autre chose. Néanmoins, j'étais bien contente de savoir comment le nommer, et qu'il daigne m'adresser la parole. Je ne parlais pas à grand monde après tout.

« Moi c'est Graziella. Je suis italienne, au cas où tu te poserais la question... vis-à-vis de l'accent, ou de si je n'ai pas des manières trop américaines. »

Puis finalement, je me posais une question, maintenant que ses coéquipiers étaient partis plus loin. Il n'avait pas l'air trop pressé de les rejoindre, il avait du les oublier. Temporairement. J'aurai du continuer la conversation, mais j'avais peur d'être égoïste. Oui. C'était rare.

« Tes amis ne t'attendent pas pour aller fêter le match, avec de l'alcool à volonté et de jolies filles ? »

Je croyais que c'était une tradition, où les sportifs allaient avec les cheerleadeuses, et passaient la soirée à s'amuser entre eux, sortir ensemble entre eux, etc. J'avais d'ailleurs, malgré tout, l'intention de rejoindre l'équipe de Dana Ward. J'adorais la danse, et je voulais rejoindre une seconde activité, autre que le théâtre ou le chant et la musique, chez moi. Je finis par lui adresser un petit sourire bonnet de nuit avant de poser ma main sur son avant bras.

« Tu devrais y aller, ils doivent t'attendre. Les pom-poms girls aussi. J'accepte tes excuses, je suis contente de savoir que tu as récupéré ton dû. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Science is the Poetry of reality.
Joshua A. Reynolds
Messages : 34

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
MessageSujet: Re: Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua)   Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua) EmptyDim 9 Déc - 1:07

Joshua sourit. Elle s'était détendue, et ça lui faisait plaisir. Il n'était pas la pour blesser des gens, surtout pas une fille aussi jolie et intrigante que son interlocutrice. Elle avait l'air d'avoir du mal à comprendre sa difficulté à admettre sa passion pour le théâtre, mais qui pourrait la blâmer, il avait une image de mec sûr de lui qui lui collait à la peau. Il l'était, en effet, mais son groupe social l'intimidait un peu. Et il n'avait également pas envie de donner à Nathan ou aux autres une raison de lui envoyer des pics.
      Il passa une main dans ses cheveux et souffla du nez "Ouais, je sais, je n'ai pas la tête de quelqu'un qui aime le théâtre. Tu dois me voir comme un footeux un peu simplet, et c'est pas tout à fait faux c'est vrai." En faisant partie des étudiants populaires, il avait accepté sans difficulté cette image, et en réalité ça l'arrangeait un peu, il avait toujours eu du mal a avoir de longues conversations philosophiques avec ses pairs auparavant, alors qu'on l'imagine bête comme ses pieds lui avait évité pas mal de problèmes. Cependant, traîner avec des gens si obsédés par leur image commençait à vraiment déteindre sur lui, et elle n'avait qu'appuyé cet aspect de sa personne qui ne lui plaisait pas tant que ça. Elle se présenta, et il vit plus clair quand elle lui dévoila ses origines. C'est vrai qu'il avait remarqué les "r" qu'elle roulait discrètement, ce qui rendait tout ce qu'elle disait un peu mystérieux, comme un personnage de femme fatale d'un vieux film des années 60.
"Eh bien, enchanté Graziella! " Il lui tendit la main pour qu'elle la serre. "Je me disais bien que ton accent n'était pas d'ici" dit il, sur le ton de la plaisanterie. Peut être que sa blague était lourde, peut être qu'elle l'entendait tous les jours, mais la, il ne pensait pas à ça. A cet instant la, il détaillait le visage de l'italienne, ses tâches de rousseur qui parsemaient sa peau si pâle, son air si grave et ingénu à la foi.

      Il se sentit étrangement gêné lorsqu'elle lui rappela l'invitation de ses camarades de l'équipe à aller au bar avec les cheerleaders. Ce n'était pas qu'il aie honte de leurs petites soirées d'après matches, non, le sentiment ressemblait à de la déception. Peut être était il déçu de la voir abréger leur discussion si rapidement? Non, ça ne devait pas être ça, il la connaissait à peine. Cela dit, il n'avait pas envie d'achever leur rencontre aussi rapidement. Il rougit quand elle lui effleura le bras, un frisson le parcouru et il se râcla la gorge. "C'est ce qui était prévu oui... Mais je sais pas, j'ai pas trop envie d'y aller ce soir. Je les vois toute la semaine, je vais pas leur manquer !"
Il lui sourit, rassurant. "Tu fais quelque chose ce soir ?". Il était sûr de lui, elle avait l'air de ne pas vraiment vouloir partir, et il avait envie d'en savoir un peu plus sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Creativity takes courage.
Graziella Speranza
Messages : 284

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
MessageSujet: Re: Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua)   Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua) EmptyDim 9 Déc - 22:03

Il semblait gêné, bien que je ne comprenne pas tellement pourquoi. Je lui serrais cependant la main lorsqu'il me dit être enchanté de me connaître, commentant aussi mon accent. Je lui adressais un sourire en lui serrant la main.

« C'est l'une de mes plus belles qualités. »

Je parlais du fait de venir d'ailleurs. Il fallait bien avouer que ça me rendait différente aux yeux des gens, ne serait-ce qu'un tout petit peu. J'aimais bien ça. Puis finalement, Joshua me dit qu'il n'avait plus tellement envie de rejoindre ses camarades - dont les pom-pom girls - ce qui me força à dissimuler un sourire un peu satisfait. Il enchaîna justement en me demandant ce que je faisais ce soir. Je ne pus me retenir de rire, nerveusement. Ravie qu'il me dise tout ça, surtout, mais gênée que ça puisse se comprendre aussi facilement. Je détournais le regard pour essayer de reprendre un air sérieux et me calmer, puis je pris une bonne inspiration d'air frais.

« J'avais prévu de rendre un livre à un garçon plutôt sympa, puis après, de voir ce qui allait se passer j'imagine. »

Je me mit finalement à lui sourire en lui donnant un petit coup, doucement, sur l'épaule. J'avais l'air un peu trop intéressée sans doutes, ce que je devais travailler, car niveau discrétion on était loin du compte, très honnêtement. Je n'avais jamais été dans cet état mais je savais bien ce que ça voulait dire. Bien-sûr qu'il me plaisait. Puis il aimait le théâtre, et cette pièce. Elle se passait à Vérone alors que vouloir de plus, qui plus est. Je finis par le regarder dans les yeux.

« Qu'est-ce-qui serait mieux que de passer une soirée avec tes coéquipiers et les cheerleaders ? »

D'ailleurs, ça lui importait peut-être peu, mais j'avais prévu quelque chose, bien que ça m'avait un peu angoissée au début. Parce que ça devait dire que je ferai une activité de groupe, d'équipe. Je ne serai plus seule, plus aussi indépendante. C'était un peu bizarre.

« Quoi que je vais sûrement rejoindre les filles du groupe en novembre... Je comptais demander à la chef de l'équipe, Dana. Enfin, c'est juste que ça me ferait sans doutes du bien d'être un peu moins solitaire et seule. »

Idiota. Pourquoi tu lui disais que tu étais seule ? Oui, je n'avais que deux amis à proprement parler. Brooke et Tyler. Principalement. Je m'entendais avec d'autres personnes, mais elles étaient plus en voie de recherche (que de disparition) qu'autre chose. Il y avait aussi Fynn en fait, mais je ne l'avais pas revu depuis quelques jours. Il m'avait glissé seulement qu'il viendrait à Halloween chez Tyler.

« Tu as peut-être soif ou faim après le match, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Tobanga
Messages : 160
Localisation : Près des dortoirs Prescott
Emploi/loisirs : Totem
Humeur : Spirituelle
MessageSujet: Re: Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua)   Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua) EmptyMar 8 Jan - 19:57

    La pluie commence doucement à tomber, puis tombe par trombes d'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lifeisstrange.forumactif.com
Science is the Poetry of reality.
Joshua A. Reynolds
Messages : 34

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
MessageSujet: Re: Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua)   Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua) EmptyMar 26 Fév - 23:03

Il sourit quand il la vit presque se tortiller de satisfaction en entendant son compliment. Elle était fascinante, si fière et si peu confiante, si renfrognée et si douce, si attentionnée sous ses airs de fille en colère contre la terre entière. Si complexe, et si jolie. Elle était en résumé tout l'opposé des filles dont il avait l'habitude et dont il appréciait la compagnie. Il ne put retenir son nez de souffler quand il la vit être si surprise de la question qu'il lui avait posé. Elle ne laissa pas cette émotion traîner longtemps sur son visage, et lui renvoya la balle presque immédiatement. Ce fut au tour de Joshua de rougir. Un garçon sympa, lui ? C'est vrai qu'il n'était pas l'un des pires, mais il avait des choses à se reprocher, s'il fallait être honnête avec lui même. Il se mordit la lèvre, et ressenti, lorsqu'elle continua, une sensation inconnue au bataillon lui secouer le ventre. C'était étrange, cette excitation qui avait explosé dans son estomac, remontant le long de sa gorge comme des bulles sucrées qui venaient lui chatouiller tout le corps, cette chaleur qui se logeait dans son ventre. Tout ce qu'il réussi à sortir, c'était un rire presque gêné. Où était partie sa loquacité ? Son bagout qu'il maîtrisait du bout des doigts, lui permettant de sortir de n'importe qu'elle situations ? Il reprit ses esprit peut être un peu trop lentement, et reprit, sur un ton un peu taquin. "Eh bien, je ne sais pas, pourquoi tu ne me montrerais pas d'autres pièces de ce bon vieux Shakespeare ?". Il tapota la couverture du bouquin qu'elle lui avait rendu. Il était réellement curieux, cette facette de sa personnalité, il n'y était pas habitué, loin de la. "La bibliothèque doit être fermée, ceci dit." Il marqua une pause, réfléchissant vaguement. "Tu as peut être un ou deux autres de ses bouquins dans ta chambre ?" Risquée, cette invitation. Surtout qu'il ne voulait pas aller trop vite avec la demoiselle. Il ne voulait pas l'effrayer, elle était... Différente. Il en profita pour rebondir sur la remarque de la jeune femme. C'est vrai qu'il n'avait pas mangé depuis un moment, et comme pour confirmer sa réflexion, son estomac gronda sourdement. "Tu as raison, je mangerais bien quelque chose. On pourrait passer au Blue Whales, ils servent tard. Et on pourra lire ensemble, comme je suis si inculte !" Un trait d'humour, et c'est rattrapé. Il sourit plutôt fier de lui. Peut être qu'elle le perturbait, mais au moins il avait retrouvé la parole.

Cependant, il n'eut pas longtemps pour caresser ses lauriers tout justes retrouvés. L'expression de malaise sur le visage de l'italienne lui fit se demander s'il n'avait pas été trop taquin. Il se refit la conversation dans sa tête, et tiqua. Elle lui avait dit qu'elle se sentait seule, et il était trop perdu dans ses pensées pour l'avoir relevé. Merde, concentre toi Josh. Réfléchis, pour une fois, c'est pas bien compliqué. Il se secoua mentalement, et pris un ton plus doux. "Eh ben, c'est super si tu rejoins les cheerleaders. On se verra plus souvent !" Il lui fit un clin d'oeil, et continua. "Tu verras, Dana est très sympa, et les filles sont super. Je suis sûre qu'elles seront très heureuse que tu les rejoignes."
Il avait posé sa main sur son épaule, un sourire rassurant posé sur ses lèvres. Putain, qu'elle était jolie. Josh fut soudainement tiré de sa rêverie par une goutte, suivie d'une autre, qui s'écrasèrent sur sa main, puis son visage, jusqu'à ce qu'une trombe d'eau leur tombe sur le visage. Il jura entre ses dents et ôta sa veste de sport, se glissant en dessous. Il fit un geste avenant à Graziella, l'invitant à se mettre à l'abris avec lui. "On ferait mieux de partir. Mon plan te conviens ? Aller chercher le ou les livres puis aller manger un bout au Blue Whales ? Sinon je dois avoir des barres chocolatées dans ma chambre, si tu préfères."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Creativity takes courage.
Graziella Speranza
Messages : 284

Journal perso
Ardoise (dortoirs):
MessageSujet: Re: Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua)   Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua) EmptyJeu 28 Fév - 23:28

Il se mit à rire, avant de me proposer de lui montrer d'autres pièces de Shakespeare, ce qui m'arracha un grand sourire, malgré moi. Je ne devais pas sourire autant, c'était inhabituel pour moi... Mais lui aussi était un peu inhabituel. Il me rendait toute chose, et dieu sait que je détestais cette expression. Je réfléchissais aux ouvrages que je possédais tandis qu'il rajoutait que la bibliothèque devait être fermée. Je n'y avais même pas pensé... puis lui-même suggéra l'idée de monter dans ma chambre pour emprunter les bouquins. Même si j'avais pensé à cette idée-là moi-même, je ne pus m'empêcher de rire à sa proposition. Pas en me moquant, mais par nervosité. Si l'on dit cela comme ça. Il enchaîna ensuite sur le Two Whales, aussi je me calmais et soufflais du nez avec un sourire à sa remarque sur le fait d'être inculte.

« J'ai bien quelques bouquins dans ma chambre, on peut y aller après si tu veux. Je suis partante aussi pour le Two Whales, on t'éduquera un peu mieux comme ça ! »

Je lui adressais un clin d'oeil, puis reprit mes esprits et reprit un air un peu plus sérieux. Il enchaîna alors sur le sujet des cheerleaders.

« C'est vrai, Dana a l'air gentille, je la connais seulement de vue mais elle a l'air très sympa. Pour le reste des filles, j'espère que tu as raison ! Et s'il faut qu'on se voit pour les entraînements et matchs,
ainsi soit-il...
»

Je lui donnais un petit coup sur le bras, doucement, me demandant si c'était comme ça qu'on taquinait les gens de nos jours. Au moins j'avais repoussé mon côté grizzli quelques secondes... heureusement pour moi, la pluie commença à tomber, et mon geste passa sûrement inaperçu. Joshua prit sa veste et s'abrita dessous, me faisant signe de le rejoindre. Ne me faisant pas prier pour un sou, je me précipitais presque trop vite contre lui - la veste ne laissait pas beaucoup de place, comprenez moi - et je relevais la tête pour l'observer et l'écouter.

« Oui, c'est parfait ! Viens, on devrait se dépêcher d'aller vers les dortoirs ! »

Je posais une main sur la côte de Joshua et l'engageais à me suivre, courant un peu vers les dortoirs qui étaient à cinq petites minutes de là où nous étions. Une fois arrivés, je me rendis compte que j'avais ris presque tout le long de notre course, comme une gamine, et je me raclais donc la gorge avant de tenter de me recoiffer. Hm. Un peu de dignité Graziella.

« Merci pour la veste au fait ! »

Je lui adressais un nouveau sourire, avant de m'engager dans les escaliers, direction le premier étage. Une fois devant la porte de ma chambre, je fis les gros yeux en me demandant ce qui se cachait dans la pièce devant nous... je clignais des yeux pour redevenir "normale" et rentrais dans la chambre, invitant Josh à me suivre. Je fixais rapidement les quelques recoins de ma chambre, et donnais un coup de pieds dans un paquet de tampons pour les envoyer valser sous mon lit. Je fis mine d'être naturelle tandis que je fonçais vers mon ordinateur pour le fermer, celui-ci étant allumé et jouant de la musique que je chantais et jouais sur une de mes vidéos. Une fois le portable fermé, je soupirai et me tournai vers Josh, buguant un instant. Qu'est-ce-qu'on était venus faire ici déjà ?

« ...ROMEO ET JULIETTE ! »

Discret.

« Hm. Je veux dire, celui-là c'est celui que tu as déjà ! »

C'était nul comme rattrapage, mais on s'en contenterait. Je fis signe à Josh de s'assoir sur mon lit s'il le voulait, et je regardais dans ma petite bibliothèque. Je sortis alors deux bouquins, et allais m'asseoir sur le lit, en les feuilletant rapidement.

« Songe d'une nuit d'été et Macbeth. Tu les as déjà lus ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua)   Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Il me faut ou partir et vivre, ou rester et mourir (Joshua)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Il faut vivre.
» Pour vivre heureux, faut pouvoir se déplacer
» (alam) n'ayez pas de voisins si vous voulez vivre en paix avec eux.
» Je ne peux pas le laisser partir
» Il ne faut pas boire de sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Life is Strange :: CAMPUS BLACKWELL :: Stade du campus-
Sauter vers: